Encore un record

Vous êtes ici

#Image commentée , #Changements climatiques

Publié le 19 février 2007

Le Goddard Institute for Space Studies (GISS) de la NASA met à disposition sur son site internet une animation montrant l'augmentation des moyennes annuelles de températures de 1880 à 2006, les tempérautres les plus élevées apparaissant en rouge et les moins élevées en bleu. Selon les climatologues de cet Institut, l'année 2006 détient le record de la cinquième année la plus chaude jamais enregistrée. Devant 2006, on trouve dans l'ordre les années 2005, 1998, 2002 et 2003.

Cliquez sur l'image pour visualiser l'animation montrant l'augmentation 
des températures de 1880 à 2006.Credit: NASA/GISS 
Nécessite un lecteur comme Windows Media Player ou VLC Media Player (sous Linux)

Les données utilisées pour arriver à cette conclusion proviennent d'une combinaison de mesures issues de données satellitaires et de mesures provenant de stations météorologiques terrestres ou en mer.

Quasiment l'entièreté du globe, océans compris, semble avoir subi une augmentation de la température ces dernières décennies, mais les augmentations de température les plus significatives sont observées dans l'océan Arctique, en Alaska, en Sibérie et dans la péninsule Antarctique, en accord avec les prédictions selon lesquelles le réchauffement sera plus rapide et plus important pour les hautes latitudes. Et il se confirme que l'année 2007 est en bonne position pour détrôner tous ses concurrents au triste palmarès de l'année la plus chaude.

Le 2 février dernier, les experts du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC-IPCC) ont publié un résumé à l'intention des décideurs de son 4ème rapport intitulé "Climate Change 2007: The Physical Science Basis".

Ce document présente des données scientifiques confirmant le réchauffement global et son accentuation depuis les dernières décennies. Il parle de quasi-certitude quant à son origine anthropique et souligne le fait que le phénomène est persistant (si l’on arrêtait toute activité humaine demain, il faudrait plusieurs siècles pour que l’atmosphère retrouve sa composition de 1750).

Plus d'infos

"2006 Fifth-Warmest Year on Record" sur le site Earth Observatory
Summary for Policymakers - A Report of Working Group I of the Intergovernmental
Panel on Climate Change sur le site de l'IPCC