Eruption du Mont Merapi en Indonésie

Vous êtes ici

#Volcans , #Image commentée , #Disaster

Publié le 18 novembre 2010

Le Merapi ("montagne de feu" en indonésien) est un volcan qui, du haut de ses 2 914 m, domine la ville de Yogyakarta au centre de l’île de Java. Avec une éruption en moyenne tous les 5 à 10 ans, il est considéré comme le volcan le plus actif d’Indonésie. Situé dans l’une des régions les plus densément peuplées du pays, il est également le plus dangereux. Ses nuées ardentes (écoulements pyroclastiques constitués d’un mélange de gaz et de particules solides, cendres, boues et blocs, pouvant atteindre des vitesses jusqu’à 300 km/h et des températures jusqu’à 500°C) et ses lahars représentent une menace permanente pour environ 1,3 millions d’habitants.

Le 26 octobre dernier, après 3 ans d’inactivité, le Merapi est entré en éruption, expulsant un mélange de lave, de roches et de débris et crachant un nuage de cendres qui s’est élevé à 1,5 km d’altitude. Plusieurs éruptions très violentes se sont succédées par la suite, dont une le 3 novembre qui a expulsé des cendres jusqu’à 20 km d’altitude et une autre le 5 novembre qui a provoqué des coulées pyroclastiques qui ont atteint un village situé à 18 km du cratère.

A ce jour, alors que l’activité du volcan semble diminuer, le bilan humain s’élève à 275 morts et près de 380 000 personnes déplacées.

Image Terra Aster du volcan Merapi acquise le 15 novembre 2010.
Image courtesy NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS and the U.S./Japan ASTER Science Team.Caption by Robert Simmon.
Cliquez sur l'image pour la visualiser en meilleure résolution sur le site NASA Earth Observatory

Sur cette image fausses couleurs ASTER, acquise le 15 novembre, on distingue clairement en gris clair une large coulée de dépôts volcaniques, provenant d’écoulements pyroclastiques et de lahars ayant emprunté le lit de la rivière Gendol sur le flanc sud du volcan. Au nord du parcours de golf (qui apparaît en rouge plus clair), une zone beaucoup plus importante (en gris foncé) a été totalement dévastée par les coulées pyroclastiques et est recouverte de cendres et de roches. Ces zones sombres se détachent très nettement sur le rouge, témoin d’une végétation saine. En gris clair, on distingue le panache de fumée, poussé à l’ouest du volcan par les vents dominants. Sous le panache, les champs et les forêts, recouverts de cendres, apparaissent dans un rouge plus sombre tirant vers le gris.

Plus d'infos:

Eruption du Merapi 2010 sur le site www.lave.be