HYDRAS+, un projet STEREO pour faire face aux sécheresses

Vous êtes ici

#STEREO , #Webstory , #Changements climatiques , #Eau , #Sécheresse

Publié le 22 mars 2019

Ce 22 mars, désignée journée mondiale de l'eau par les Nations unies, est l'occasion de rappeler que l'accès à l'eau potable est un droit de l'homme fondamental. Plus de 2 milliards de personnes en sont pourtant privées et près des deux tiers de la population mondiale fait face à de graves pénuries d'eau au moins un mois par an.

Les causes des pénuries d'eau sont multiples et interconnectées: expansion démographique, irrigation intensive, déforestation, mauvaise gestion des ressources, pollution des réserves...

A ces causes s'ajoutent les modifications entraînées par le réchauffement climatique. Globalement, le réchauffement provoque une accélération du grand cycle de l'eau (condensation/précipitation) et une augmentation des précipitations. Mais les effets sont très contrastés en fonction des régions: les précipitations ont tendance à augmenter dans les hautes latitudes et dans certaines régions des tropiques et à baisser dans les latitudes plus basses. Le bassin méditerranéen, de nombreuses zones subtropicales, une grande partie de l'Australie et le Sud-ouest des Etats-Unis risquent ainsi de faire face à des sécheresses de plus en plus fréquentes et importantes.

Australia’s Disappearing Lakes Disappear Even More. Cette très belle image Landsat acquise début février 2019 montre l'asséchement des lacs de Menindee en Nouvelle-Galles du Sud, dû à la combinaison de températures extrêmement élevées, de faibles précipitations et d'une gestion controversée des cours d'eau en amont. Source: NASA Earth Observatory

Les dommages socio-économiques causés par les sécheresses touchent un très grand nombre de secteurs: agriculture, énergie, santé... Des sécheresses majeures peuvent même engendrer des famines et de graves conflits.

Pour faire face à un événement de sécheresse, il est indispensable de disposer d'informations pertinentes concernant l'étendue, la progression et les caractéristiques de la sécheresse.

Sur le terrain, la sécheresse saute souvent aux yeux mais la délimitation d'un événement de sécheresse n'est pas une tâche si facile. Une sécheresse s'installe en effet souvent de manière insidieuse; elle n'a ni début ni fin précis et elle peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années. Elle peut commencer à un endroit et se déplacer progressivement vers d'autres lieux. Son intensité peut également changer d'un endroit à l'autre et d'un moment à l'autre.

Dans le cadre du projet STEREO HYDRAS+ financé par la Politique scientifique fédérale, des scientifiques des unités KERMIT et LHWM de l'Université de Gand développent un outil permettant de délimiter les sécheresses et de les suivre dans l’espace et dans le temps. Les caractéristiques intrinsèques de l'événement sont également identifiées afin d'aider les gestionnaires de l'eau, les agriculteurs, les organisations non gouvernementales, etc, à prendre les mesures nécessaires.

De 1998 à 2010, l'Australie a connu une sécheresse exceptionnelle, d'ailleurs appelée 'Millenium drought' ou Sécheresse du millénaire. Les précipitations ont été inférieures à la médiane durant 13 années consécutives, ce qui constitue la plus longue série d’années ininterrompues depuis au moins 1900. L'année 2010 a d'ailleurs été l'année la plus sèche jamais enregistrée. Cette animation réalisée par l'équipe du projet montre une partie de cet événement, de 2001 à 2009. Plus la couleur tend vers le jaune, plus l'événement est intense.

 

Plus d'infos

Journée mondiale de l'eau

Projet Hydras

Australia’s Disappearing Lakes Disappear Even More

Une partie de l'équipe du projet HYDRAS+

Niko VERHOEST
Niko VERHOEST
Hilde VERNIEUWE
Hilde VERNIEUWE
Bernard DE BAETS
Bernard DE BAETS