La fin du plus gros iceberg de la planète

Vous êtes ici

#Antarctique , #Image commentée , #RADAR

Publié le 13 novembre 2003

Le capteur Advanced Synthetic Aperture Radar (ASAR) embarqué à bord du satellite Envisat de l'ESA a pu enregistrer la rupture du plus gros iceberg de la planète. Cet iceberg baptisé B-15A et situé au sein de la plate-forme de Ross à l'est de l'Antarctique et au sud de la Nouvelle Zélande, avait une superficie de 11 000 km2. Suite à une violente tempête, la masse de glace de 160 km de long s'est rompue.

ASAR est particulièrement adapté à l'étude des zones polaires. Son signal radar peut en effet percer une couverture nuageuse importante et permet de travailler de jour comme de nuit. Le radar permet de mettre en image la rugosité des surfaces et peut donc facilement différencier les types de glace. Des glaces anciennes, comme celles présentes à la surface de B-15A sont par exemple plus rugueuses que des glace nouvellement formées.

La rupture de l'iceberg est clairement visible sur cette image ASAR du 6 novembre 2003. 
Sur la gauche de l'image, on peut voir des terres et notamment les McMurdo Dry Valleys, 
et derrière elles, les Montagnes transantarctiques.
Dans le haut de l'image, on voit la langue glaciaire Drygalski, qui glisse 
du glacier David dans la mer à une vitesse de 150 mètres par an.
Credits: ESA 2003

 

Le plus imposant iceberg du monde est maintenant le C19A, qui se situe près d'une base française de l'Antarctique et s'étend sur 5 659 km carrés, soit plus grand que le Luxembourg.

Plus d'infos sur le site de l'ESA