L'histoire Spot continue

Vous êtes ici

#Image commentée , #Spot

Publié le 17 septembre 2012

26 ans après le premier satellite de la famille SPOT, SPOT 6 a été lancé avec succès ce 9 septembre 2012. Trois jours après son lancement par une fusée indienne, il délivrait déjà ses premières images, dont une très belle image de l'île de Bora Bora en Polynésie française. L'extrait ci-dessous, centré sur des chapelets de villas sur pilotis au nord-est du lagon intérieur, permet d'apprécier la résolution offerte.

L'île de Bora-Bora est formée d'un volcan éteint, entouré d'un large lagon et d'une frange de récif de corail. Des complexes touristiques composés de villas sur pilotis sont visibles sur cet extrait d'image Spot 6 acquise le 12 septembre 2012. 
Cliquez sur l'image pour la visualiser sur le site d'Astrium. © Astrium Service 2012

Comme ses prédécesseurs, SPOT 6 est en effet un satellite d'observation en haute résolution. Beaucoup plus léger que SPOT 5 (720 kg par rapport à 3 tonnes), il embarque un capteur qui permet l'acquisition d'images avec une fauchée aussi large, à savoir 60 km x 60 km, mais avec une résolution bien meilleure. En mode multispectral, où la bande bleue fait son apparition aux côté des bandes verte, rouge et proche infrarouge, la résolution descend à 6 m; en mode panchromatique, on atteint une résolution de 1,5 m. La fusion des 2 modes permet donc d'obtenir des images couleurs à 1,5 m de résolution.

Spot 6 et Pléiades 1A forment la première paire d'une constellation de 4 satellites positionnés sur une même orbite héliosynchrone, à 90° d'intervalle. Ils devraient être rejoints par Pléiades 1B, dont le lancement est prévu pour 2012, et par SPOT 7, le frère jumeau de SPOT6, dont le lancement est prévu début 2014. Cette constellation devrait permettre d'observer chaque jour chaque point du globe à la fois en haute et en très haute résolution. Pour une même zone, les utilisateurs pourront disposer d'images couvrant une zone large (acquises par SPOT 6 & 7) et d'images (Pléiades) avec un champ de vue plus restreint mais offrant un niveau de détails beaucoup plus élevé (50 cm). 
Une telle combinaison d'images peut être très utile pour une grande diversité d'applications: agriculture, lutte contre la déforestation, suivi d'inondations, surveillance maritime et côtière, ingénierie civile, industries minières, pétrolières et gazières...

Contrairement à SPOT 4 et 5, SPOT 6 n'embarque plus de capteur VEGETATION. La continuité de fourniture d'images à basse résolution sera assurée par le petit satellite belge Proba V, dont le lancement est prévu l'année prochaine.

Plus d'infos:

Communiqué de presse Astrium
Spot 6 et 7 Haute résolution et large champ, au-delà de la continuité Spot
En savoir plus sur comment les satellites Pléiades et SPOT vont travailler ensemble en orbite