PROBA-VEGETATION, petit mais costaud

Vous êtes ici

#Image commentée , #PROBA-V , #Surveillance globale

Publié le 12 juillet 2013

La première synthèse mensuelle globale obtenue grâce aux données du satellite belge PROBA-V a été dévoilée ce 4 juillet lors de l'ouverture de la conférence Probing VEGETATION, from past to future, organisée par la Politique scientifique et le VITO à Anvers.

La qualité des images livrées rassure l'ensemble de la communauté scientifique quant aux performances du système. Les 10 000 utilisateurs de données VEGETATION peuvent avoir confiance en l'avenir: PROBA-V, le mini-satellite belge tout récemment lancé, semble avoir la carrure pour succéder à ses deux grands frères Spot-4 et Spot-5 en tant que sentinelle de la végétation globale. Les données collectées quotidiennement par le capteur VEGETATION de PROBA-V vont continuer à enrichir l'héritage accumulé depuis 15 ans par ses prédécesseurs et permettre la continuité d'observation des écosystèmes de notre planète, et plus particulièrement l'évolution de la végétation.

Première synthèse mensuelle globale obtenue grâce aux données PROBA-V (juin 2013).
Cliquez sur l'image pour la visualiser en pleine résolution sur le site de l'ESA

Participation royale et message citoyen

La conférence a réuni plus de 200 participants issus de 43 pays à travers le monde et... le Prince Philippe qui a tenu à rencontrer les acteurs du projet PROBA-V. Cette première apparition publique en tant que futur roi témoigne de l'importance de l'enjeu et du soutien qu'il apporte aux programmes spatiaux belges et plus particulièrement à l'observation de la Terre.

Comme mentionné dans l'article Le satellite belge PROBA-V est en orbite, les applications des données VEGETATION sont multiples, mais elles ont un but commun: l'amélioration des conditions de vie des 7 milliards d'habitants sur Terre. Frank De Winne l'a d'ailleurs rappelé en ouverture de la conférence: "Space is made for humanity, space is made for the people".

Jean-Paul Malingreau, l'un des pionniers de PROBA-V, a quant à lui souligné qu'en ce début de nouvelle ère appelée par certains l'"Anthropocène" (çàd une période où l'influence de l'homme sur le système terrestre est devenue prédominante), les challenges à relever sont gigantesques et ne peuvent être appréhendés qu'à l'échelle globale.

Il faut en effet assurer la sécurité alimentaire et la protection de l'environnement d'une population en augmentation (nous devrions atteindre les 9 milliards d'ici à 2050), de plus en plus concentrée dans les villes (dès à présent, plus de 50 % de la population mondiale vit dans les zones urbaines), et dont une proportion croissante est démunie (actuellement 1 milliard de personnes vivent dans une pauvreté extrême), alors que les ressources naturelles sont continuellement dégradées par l'action combinée de cette pression anthropique et des changements climatiques.

Pour agir, il faut savoir, et les satellites d'observation sont à l'heure actuelle des outils incontournables pour collecter ces informations indispensables à la prise de décision. PROBA-V va ainsi permettre de continuer à alimenter les services en charge du suivi des ressources agricoles et de prévision des crises alimentaires, du monitoring de la désertification et des ressources en eau, de détection des feux ou de la déforestation.

Les mots de Joseph Bobia, coordinateur du Réseau ressources naturelles en République démocratique du Congo, cités par un représentant du CNCD à la fin de la conférence reflètent bien l'importance de ces actions: 'When protecting the Congolese forest, you help saving the house, the environment, but also the job, the supermarket and the pharmacy of 40 million people".