Vue d'ensemble

L'impact le plus visible de l'activité humaine sur l'environnement marin est la pollution par les hydrocarbures libérés lors d'accidents de pétroliers. Pourtant, malgré l'ampleur et la visibilité des marées noires qu'ils produisent, les quantités totales de polluants dus aux naufrages sont minimes par rapport à celles introduites par d'autres sources comme le rejet des eaux usées domestiques, les rejets industriels, les effluents urbain et industriel, les fuites, les gisements naturels, les explosions, les déversements volontaires, l'exploitation minière, l'utilisation agricole d'engrais et de pesticides, la pollution thermique ou les rejets radioactifs. Environ 44% des polluants marins proviennent de sources terrestres, tandis que les apports atmosphériques sont estimés à environ 33%. Le transport maritime (y compris les rejets accidentels) ne représente que 12% environ et les rejets volontaires 10%. Les exploitations pétrolières offshores représentent quant à elles 1% des polluants.

On estime que la population mondiale pourrait atteindre les 9 milliards d'individus en 2050, dont quelques 60% vivront à moins de 60 km des côtes. Les activités agricoles et industrielles nécessaires à subvenir aux besoins de cette population ne feront qu'aggraver les pressions déjà importantes qui pèsent sur les zones côtières. L'Europe compte à peu près 70 000 km de côtes. En Europe, les régions maritimes hébergent environ 40% de la population totale et comptent pour 40% de l'économie européenne. 

Les 20 années noires inoubliables - Source: Cedre, ITOPF

En 2002, le naufrage du Prestige a provoqué le déversement de 64 000 tonnes de pétrole au large des côtes galiciennes. Des centaines de kilomètres de côtes et plus d'un millier de plages sur les côtes espagnoles et françaises ont été polluées. L'accident a grandement porté atteinte à l'industrie de la pêche locale et a entraîné d'énormes pertes économiques - Source:Archive Photo EFE

Pollution et transport maritime

L'Europe est le plus grand importateur mondial de pétrole brut, totalisant environ un tiers des importations globales. De ce fait, 90% du volume mondial de produits pétroliers transite par les mers européennes. Que ce soit en raison d'accidents ou d'opérations habituelles des navires, l'environnement marin est dégradé. Les accidents causant des marées noires illustrent de manière marquante le problème de la pollution par les navires.

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), l'un des composants du pétrole brut, sont non seulement toxiques pour la vie marine mais aussi très difficiles à éliminer. Ils subsistent des années durant dans les sédiments et le milieu marin. Les grandes marées noires constituent une menace pour l'environnement et sont une charge énorme pour les autorités nationales chargées des interventions et des opérations de nettoyage.

.

Un oiseau couvert d'une d'épaisse couche de mazout git impuissant au milieu d'un mélange de sable, d'algues et de boulettes de pétrole sur un rivage près de Port Kavkaz (Russie), dans la mer Noire (Novembre 2007) - Source : Sergei Grits/AP

Outre les pollutions accidentelles causées par les navires en détresse, il existe trois types d'opérations de routine qui contribuent à la pollution de la mer: le déballastage ou déversement volontaire des eaux de ballast (l'eau qui a servi à remplir les cuves d'un pétrolier après déchargement de sa cargaison, de manière à garder sa stabilité en mer), le nettoyage des citernes et les dégazages (rejets volontaires en mer des huiles de vidange et des résidus de fuel des moteurs des navires).

Ces opérations sont responsables du relarguage quotidien de grandes quantités de pétrole le long de la quasi-totalité du littoral européen et ce, de façon délibérée. Il s'agit de la plus grande source de pollution marine par les navires. Celle-ci constitue une réelle menace à long terme pour l'environnement marin et côtier.

Les bateaux sont également source de pollution sonore; ils peuvent véritablement déstabiliser la faune naturelle. De plus, l'eau de ballast est susceptible de propager en mer des algues nuisibles et d'autres espèces envahissantes.

Les produits chimiques toxiques

Le déversement dans les océans de produits chimiques concerne potentiellement une multitude de substances. On estime à 63 000 le nombre de produits chimiques différents qui sont utilisés dans le monde; 3 000 d'entre eux représentent 90% des volumes de production. Chaque année, jusqu'à 1 000 nouveaux produits chimiques sont mis sur le marché.

Parmi tous ces produits, près de 4 500 - y compris les BPC (biphényles polychlorés), le DDT, les pesticides, les furannes, les dioxines et les phénols - entrent dans la catégorie des polluants organiques persistants (POPs). Ils sont résistants à la dégradation, ont la capacité de s'accumuler dans les tissus de nombreuses espèces aquatiques lors d'un processus appelé bioaccumulation, et entraînent notamment des dérèglements hormonaux. Ils s'accumulent dans les milieux benthiques, comme les vases estuariennes. 
Les fruits de mer consommés par les personnes vivant dans les régions tempérées sont également contaminés par ces polluants organiques. De même, les poissons gras ont tendance à accumuler les POPs dans leur chair et ceux-ci risquent d'être transmis aux consommateurs humains.

Les débris marins

Les débris marins (ou déchets marins) sont des déchets anthropiques qui, relachés délibérément ou accidentellement, flottent à la surface d'un lac, d'une mer, d'un océan ou d'une voie navigable. 80% de ces débris atteignent la mer via les fleuves. Ces déchets sont d'origines diverses: rejets volontaires, fuites accidentelles, déchets emportés par le vent et provenant de décharges à ciel ouvert....

80% des débris marins sont des plastiques, dont la plupart ne sont pas biodégradables. Ces plastiques relachés dans l'eau sont inesthétiques mais surtout dangereux et constituent une grave menace pour les poissons, oiseaux, mammifères et reptiles marins, ainsi que pour les bateaux et les habitations côtières.

Pollution par les métaux-traces

Les métaux lourds - tels que le mercure, le plomb, le nickel, l'arsenic et le cadmium - sont également des composés qui ne se décomposent pas rapidement dans l'environnement marin et qui peuvent s'accumuler dans les organismes vivants. Ils ont une densité relativement élevée et sont toxiques même à de très faibles concentrations.

La pollution par métaux-traces provenant de l'exploitation, de la production et de la transformation minière peut altérer la santé des plantes et des animaux marins et rendre certains produits de la mer impropres à la consommation. 
La contribution des activités humaines peut être très importante: la quantité de mercure introduite dans l'environnement par l'activité industrielle est de l'ordre de quatre fois la quantité libérée par des processus naturels tels que l'altération et l'érosion.

Diagramme illustrant l'eutrophisation - Source: EPA, US.
















 

Les blooms de phaeocystis peuvent produire une mousse inesthétique qui s'accumule souvent sur les plages - Source

Eutrophisation

L'eutrophisation est l'accroissement, dans un écosystème, de nutriments chimiques contenant généralement de l'azote ou du phosphore. Il peut en résulter une augmentation de la productivité primaire de l'écosystème (croissance excessive des plantes et décomposition) ainsi que d'autres effets comme un manque d'oxygène et une forte altération de la qualité de l'eau, des poissons, et d'autres populations animales.

L'eutrophisation est provoquée par les apports des fleuves qui se jettent dans l'océan, et qui charrient des effluents contenant de nombreux produits chimiques issus des engrais, ou des déchets provenant du bétail et des activités humaines. L'augmentation d'éléments nutritifs provenant des eaux usées et de l'agriculture peut entraîner des efflorescences d'algues inesthétiques et potentiellement dangereuses dans les eaux côtières. Comme ces algues meurent et pourissent, elles consomment l'oxygène dissous dans l'eau. Dans certaines régions, cela peut aboutir à des zones mortes où la concentration en oxygène dissous dans l'eau atteint un niveau tellement faible que plus aucune vie marine n'y est possible.

Les estuaires sont généralement des milieux naturellement eutrophes, car les effluents en provenance des terres passent dans l'environnement marin par un étroit canal où les éléments nutritifs se concentrent. Le World Resources Institute a identifié 375 zones côtières hypoxiques dans le monde, principalement situées en Europe occidentale, aux USA et en Asie de l'Est.

En plus des effluents terrestres, une autre source d'azote pour l'océan est l'azote atmosphérique d'origine anthropique.

La contamination radioactive et la pollution thermique

Selon Greenpeace, le fonctionnement normal des centrales nucléaires peut participer à la pollution marine, néanmoins les plus grandes sources anthropiques d'éléments radioactifs sont sans aucun doute les usines de retraitement de combustibles nucléaires de La Hague en France et de Sellafield au Royaume-Uni. Leurs rejets ont entraîné une contamination importante des ressources marines et ce, dans une zone très étendue (c'est ainsi que des éléments radioactifs que l'on peut tracer comme provenant du retraitement sont trouvés dans des algues vivant dans des zones aussi éloignées des usines que la côte ouest du Groenland ou le long des côtes norvégiennes).

Une des causes de la pollution thermique des eaux est l'utilisation de l'eau comme liquide de refroidissement des centrales électriques et des installations industrielles. L'eau retourne à l'environnement naturel à une température plus élevée et ce changement de température touche les organismes aquatiques en réduisant l'approvisionnement en oxygène et en affectant la composition de l'écosystème

Acidification

Les océans sont un puits de carbone naturel car ils absorbent le dioxyde de carbone de l'atmosphère. Du fait de l'augmentation des concentrations de dioxyde de carbone atmosphérique, les océans sont de plus en plus acides. Les conséquences potentielles de ce phénomène ne sont pas totalement connues, mais on craint que les structures constituées de carbonate de calcium ne deviennent vulnérables à la dissolution, ce qui risquerait d'affecter les coraux et la capacité des crustacés à former des coquilles.

Sources
Defending our Oceans/Pollution - Greenpeace
Prestige oil tanker, Spain - UNEP Emergency Response Service 
Prestige, Spain, 13 November 2002 - International Oil Pollution Compensation Funds
The Community framework for cooperation in the field of accidental or deliberate Marine Pollution - European civil Protection
Wikipedia Marine debris - Marine pollution - Thermal pollution

Liens
Site éducatif Mieux comprendre les marées noires
Fiches Observation de la Terre en classe - Les satellites traquent le pétrole
Des poissons en eau trouble - La gestion marine dans le contexte du changement climatique
European Environment Agency:
Marine biodiversity: life in seas under threat
10 messages for 2010 - Marine ecosystems