MODUS : Glissements de terrain sous surveillance

Vous êtes ici

#STEREO , #Afrique , #Disaster , #Webstory

Publié le 14 juin 2019

Bukavu est située sur la rive ouest du lac Kivu en République démocratique du Congo. Capitale de la province du Sud-Kivu, elle est l'une des villes les plus densément peuplées du pays.

Au centre de la ville, une zone d’environ 150 ha est en mouvement permanent depuis des milliers d'année. Il s'agit de Funu, un grand glissement de terrain qui continue lentement mais inlassablement sa progression.

Aujourd'hui, environ 80 000 personnes y vivent malgré le danger permanent. Les déplacements de terrain, qui par endroit peuvent atteindre quelques mètres par an, déstabilisent ou détruisent en effet les logements et infrastructures.

L'équipe du projet MODUS, financé par le programme STEREO III, s'est lancé le défi de mieux comprendre comment ces glissements de terrain évoluent et comment ils répondent aux stress environnementaux, qu'ils soient naturels ou induits par l'homme.

Evolution du bâti dans et autour de la zone de Funu Bukavu de 1959 à 2018

Les chercheurs ont étudié la cinématique du glissement de terrain pendant plusieurs décennies à l'aide de données satellitaires. Parmi les premiers résultats du projet, ils ont produit des animations qui décrivent l'évolution du glissement de terrain au cours des 60 dernières années. Elles montrent une forte augmentation de la densité de logements à la fin du siècle dernier, directement liée à l'insécurité dans la région au milieu des années 90 qui a entraîné un exode des zones rurales vers les villes. Ce boom démographique correspond également à une période d'augmentation de l'activité du glissement de terrain.

Les résultats du projet devraient permettre d’améliorer la prévision de catastrophes tant géographiquement que dans l’espace et dans le temps et d’aider les gestionnaires sur place à prendre des mesures pour réduire leur impact.

Copyright photos: Elise Monsieurs