Agrocarburants et forêt tropicale

Vous êtes ici

Le boom des agrocarburants

Un certain nombre de pays d'Amérique latine et centrale (à savoir l'Argentine, le Brésil, l’Uruguay, la Colombie, le Costa Rica, le Salvador et le Guatemala) vivent actuellement ce que l’on peut appeler un boom des agrocarburants.
L'augmentation rapide de l'utilisation de certaines cultures agricoles comme carburant pour le transport pourrait être, à première vue, considérée comme une politique de développement, qui pourrait aider des pays en développement à sortir de la pauvreté tout en luttant contre les changements climatiques. Cela pourrait en effet accroître la production agricole, générer des revenus grâce aux exportations, rendre les pays moins dépendants des importations de combustibles fossiles et attirer de nouveaux investissements dans l'agriculture et le monde rural.

En réalité, ce boom des agrocarburants a des répercussions sociales et environnementales assez dramatiques:

  • Conversion des petites exploitations familiales en grandes monocultures, entraînant un plus grand déséquilibre dans les droits de propriété et une chute de l'emploi;
  • Intensification de l'agriculture (utilisation de semences génétiquement modifiées et utilisation intensive des produits agrochimiques) ayant pour résultats une plus grande vulnérabilité des cultures, une contamination du sol et de la nappe phréatique, et un risque économique accru;
  • Conversion des écosystèmes naturels, ce qui représente une menace pour la biodiversité et a un impact négatif sur les émissions de CO2.

Les cultures d’agrocarburants ont également des impacts directs et indirects sur la disparition de la forêt tropicale amazonienne.

Étendue de la déforestation dans l'Etat de Rondonia, Brésil. Image acquise par le capteur Advance Spaceborne Thermal Emission and Reflection Radiometer (ASTER), le 28 juillet 2006.Depuis 1970, le Brésil a perdu près de 700 000 km2 de ses forêts, la majeure partie en raison de l’expansion de l'élevage et l'agriculture. Cette superficie correspond pratiquement à celle de la France et la Belgique réunies. Si le taux actuel de déforestation ne diminue pas, la forêt amazonienne aura perdu 40% de sa superficie d’ici 2030 - Source: NASA and U.S./Japan ASTER Science Team

Déforestation

La forêt amazonienne s'étend sur neuf pays et couvre environ 7 millions de km², ce qui en fait la plus grande forêt tropicale au monde.

Les monocultures intensives, telles que les cultures de canne à sucre ou de soja, exigent des superficies importantes et l’utilisation de grandes quantités d’eau et de produits chimiques.

Elles peuvent être la cause directe de la déforestation. Mais leur impact le plus important vient du fait que ces cultures sont implantées sur des terres déjà défrichées, des savanes et des forêts de transition, entrant ainsi en concurrence avec l'élevage de bétail, principale utilisation des terres agricoles dans ces régions.

Les éleveurs et les exploitants pratiquant l’agriculture sur brûlis sont ainsi repoussés toujours plus près de la forêt tropicale, avec pour conséquence une augmentation de la déforestation. Le développement de ces cultures donne également l'impulsion économique et politique nécessaire à la construction de nouvelles routes et infrastructures, ce qui accélère encore, a posteriori, le déboisement.

    
Le changement d'affectation des terres, c'est-à-dire la conversion de la forêt en pâturages fait de la déforestation la principale source d’émissions de CO2 . Le carbone stocké dans la végétation et le sol est soit directement libéré lorsque la forêt est brûlée (pour l’agriculture sur brûlis), soit libéré plus lentement lorsque les coupes sont laissées telles quelles. La réabsorption de CO2 (séquestration) par la photosynthèse est également réduite, laissant plus de CO2 s'accumuler dans l'atmosphère. Plus de 90% des émissions dues au changement d'affectation des terres proviennent des pays tropicaux (en développement). Sur ces 90%, 30% sont imputables à la déforestation en Indonésie et 20% à la déforestation au Brésil.





 

L'amélioration des infrastructures, associée à l'augmentation de la demande pour les huiles végétales (que ce soit pour l’alimentation, les usages industriels ou la production de biodiesel), a conduit à l’expansion des cultures du soja dans les Etats amazoniens (depuis 2000, les surfaces consacrées à la production de soja se sont accrues de 17% par an), entraînant la destruction de 21 millions d'hectares de forêt au Brésil, 14 millions en Argentine et 2 millions au Paraguay. Au Brésil, la culture de la canne à sucre est en train de s'étendre dans des régions où elle n'avait jamais été cultivée auparavant, menaçant des sites naturels tels que les zones humides du Pantanal dans l’état du Matto Grosso. 

Quant à la production de soja, elle s’étend vers le nord, en empiétant sur l'Amazonie. Comme la demande pour les biocarburants ne cesse de croître, le risque est grand de voir le palmier à huile devenir une culture dominante en Amazonie. Cette hypothèse est inquiétante lorsqu’on sait que les plantations de palmiers à huile ont été à l’origine de la destruction récente d’énormes portions de la forêt tropicale en Indonésie et en Malaisie.

Expansion du soja en Amazonie brésilienne, 1990-2005.
Superficies totales déboisées et superficies occupées par les cultures du soja dans les Etats de l'Amazonie brésilienne. L'ensemble des cultures de soja ne représente qu'une petite partie de la déforestation, bien que le rôle du soja s’amplifie - Source: Mongabay.com

Définitions

Un agrocarburant est défini comme un carburant solide, liquide ou gazeux obtenu à partir de matières organiques non fossiles (ou biologiques) et renouvelables. Les combustibles provenant de la biomasse sont le plus souvent utilisés pour la cuisson et le chauffage domestique, ainsi que pour le chauffage central des maisons individuelles ou d’immeubles. 
En quelques mots, l'utilisation des agrocarburants comme substitut des produits pétroliers pour le transport peut être atteinte par deux stratégies: 

- L'éthanol peut être obtenu à partir de la fermentation de sucre ou d'amidon provenant de cultures comme la canne à sucre ou le maïs. Il peut être utilisé dans les véhicules à moteur à combustion lorsqu’il est mélangé avec de l'essence ou peut remplacer l'essence pour des moteurs spécialement adaptés; 

- La deuxième stratégie consiste à extraire de l'huile de plantes oléagineuses comme le palmier à huile, le soja ou le colza. Lorsque ces huiles sont chauffées, leur viscosité diminue et ils peuvent être brûlés directement dans un moteur diesel adapté. Les huiles peuvent aussi être traitées chimiquement pour produire du biodiesel. Le biodiesel peut être utilisé dans sa forme pure dans les moteurs diesel sans qu’aucune adaptation ne leur soit apportée.

Les agrocarburants sont produits à partir d'une grande variété de cultures. L'efficacité énergétique et l'impact environnemental varient du simple au quadruple en fonction du type de plantes. La plupart des biocarburants ont une performance environnementale globale plus mauvaise que celle de l'essence, bien que leur performance relative varie considérablement. Le graphique montre, en abscisse, les émissions de gaz à effet de serre des biocarburants obtenus à partir de différentes plantes, par rapport à celles de l’essence ou du diesel, et, en ordonnée, une estimation de leur impact environnemental global. Source: Organisation for Economic Co-operation and Development

Quelques chiffres

Brésil

Au cours des 30 dernières années, le Brésil a atteint les coûts les plus bas pour la production de combustibles dérivés de la canne à sucre.

Avec 7 millions d'ha cultivés, le Brésil est devenu le plus grand producteur mondial de canne à sucre. La moitié de cette production est destinée à la production de sucre, l'autre moitié à la production d'éthanol.

En 2007, le Brésil était le 2ème plus grand producteur d'éthanol au monde.

Les exportations brésiliennes d'éthanol ont augmenté de plus de 600% entre 2001 et 2005 (les États-Unis étant le plus grand importateur d’éthanol).

La demande d'éthanol devrait augmenter considérablement dans les années qui viennent, nécessitant près de 200 millions de tonnes de canne à sucre d'ici 2013, soit une augmentation de la production de 50% par rapport à 2005.

Au Brésil, les biocarburants ont jusqu’à présent été obtenus à partir de la canne à sucre, mais l'expansion de la culture du soja est telle que celui-ci remplacera probablement la canne à sucre pour cette production. Actuellement, au Brésil, 60% du biodiesel est déjà produit à partir de soja.

Argentine

L'Argentine est le plus grand exportateur de biodiesel (la production actuelle est de 1,6 millions de tonnes de biodiesel) et le 2ème plus grand producteur de graines de soja (sa production, soit 15 millions d'hectares, correspond à 18% de la production mondiale). Une politique de promotion des agrocarburants, principalement à partir d'huile de soja, y est menée.

Au cours des 10 dernières années, les superficies occupées par le soja en Argentine ont augmenté de 250%, notamment grâce au soja génétiquement modifié, moins cher et plus facile à cultiver, et aux semis directs, qui supportent des terres plus sèches et moins fertiles.

Aujourd'hui, la culture du soja représente près de 55% des superficies cultivées du pays. 30% des devises du pays sont générés par le soja et ses dérivés.

Plus de 90% du soja cultivé en Argentine est génétiquement modifié.

Près de la moitié de la production totale de soja est dans les mains de 2,2% des producteurs.

Une exploitation laitière de 200 ha donne de l’emploi à 5 familles au cours de l'année. La même superficie cultivée en soja ne requiert qu’une personne pour 10 jours par an.

Sources
Biofuels: Is the cure worse than the disease ? Organisation for Economic Cooperation and Development
Biofuels: prospects, risks and opportunities
Biofuels Republic Brazil - Institute of Science in Society
Biofuelwatch
Comment les biocarburants détruisent l'Amérique latine - Notre- planète.info
Deforestation in the Amazon - Mongabay.com
EarthTrends
Fuelling Destruction in Latin America - Friends of the Earth
Grain: Soya nexus in South America Fields of dreams:Genetech goes South Stop the agrofuel craze
The Amazon in graphics - BBC
The True Cost of Agrofuels: Impacts on Food, Forests, People and the Climate

Links
BIOFUELS: prospects, risks and opportunities - THE STATE OF FOOD AND AGRICULTURE 2008
Deforestation in Amazonia - The Encyclopedia of Earth
Tropical Deforestation - Earth Observatory
Vers une foresterie durable - FAO
World of Change: Amazon Deforestation - NASA Earth Observatory