Explosion démographique

Vous êtes ici

" L'Afrique, qui n'abritait que 9 % de la population du monde en 1950, " pèse " aujourd'hui 14 % et, toujours hors migrations, devrait totaliser 22 % des habitants de la planète en 2050 "- Le Monde diplomatique

La population en Afrique a augmenté de façon exponentielle durant le 20ème siècle. En 1950, le continent comptait à peine 224 millions d'habitants. Aujourd'hui, la population africaine s'élève à près de 1 milliard d'habitants.

L'espérance de vie du continent africain est cependant la plus basse au monde. Dans la plupart des pays africains, elle n'est en moyenne pas plus élevée que 50 ans. Seuls les pays du Nord de l'Afrique, bordant la Méditerranée, ont une espérance de vie plus élevée, qui atteint les 70 ans.

La combinaison d'un taux de fécondité élevé et d'une espérance de vie basse a pour conséquence un abaissement de l'âge moyen et donc une population très jeune.

Malgré tout, la population continue à augmenter en Afrique à un taux sans précédent. Au plus fort de l'explosion démographique (au début des années 1980, avant les effets désastreux de l'épidémie de SIDA), le taux de croissance annuel atteignait 2,89%, selon la Division de le population des Nations Unies, et on pouvait craindre un doublement de la population africaine en moins de 25 ans. Actuellement, le taux de croissance annuel est plus faible, environ 2,25%, mais est toujours beaucoup plus important que la moyenne mondiale de 1,09% (en Europe, le taux de croissance est même négatif, -0,02%).

Depuis le milieu des années 1980, l'espérance de vie a diminué de manière spectaculaire dans certains pays africains touchés par l'épidémie de SIDA. Des pays comme le Botswana, le Zimbabwe et le Swaziland ont aujourd'hui plus de 30% de leur population infectée par le VIH - Source: Wikimedia Commons

Espérance de vie au niveau mondial (estimation 2009 - CIA). L'Afrique se démarque clairement du reste du monde, avec une espérance de vie d'à peine 50 ans. - Source: Wikipedia 

La plupart des pays africains ont un taux de croissance annuel de la population au-dessus des 2% (estimation 2009 - CIA) - Source: Wikipedia

L'urbanisation, une nouvelle tendance

L'urbanisation de la planète se produit à un rythme jamais atteint. Chaque semaine, les régions urbaines gagnent 1 million d'habitants - càd environ 180 000 personnes par jour. D'après les Nations Unies, cette croissance est irréversible. Aujourd'hui, près de 3,3 milliards de personnes vivent en zones urbaines. Si les prévisions de la Division de la population des Nations Unies s'avèrent exactes, ce chiffre pourrait atteindre les 5 milliards en 2030, ce qui correspondra à 60 % de la population mondiale.

L'urbanisation en Afrique

Bien que l'Afrique soit toujours le continent le moins urbanisé, l'urbanisation y est plus rapide que partout ailleurs dans le monde. On estime qu'entre 2000 et 2030, le nombre de personnes vivant en ville passera de 294 à 742 millions.

La grande vague d'urbanisation qui touche de nos jours le tiers-monde, est radicalement différente de l'urbanisation occidentale qui a débuté avec la révolution industrielle dans la 2e moitié du 18e siècle. Les croissances urbaines sont beaucoup plus massives et plus rapides et les causes des mouvements de population sont différentes. Dans les pays en voie de développement, les facteurs à l'origine du déplacement d'une grande partie de la population rurale vers les villes sont la guerre et l'insécurité, l'insuffisance des récoltes, les sécheresses ou les inondations dues au changement climatique.

Des millions de personnes en Afrique fuient leur région d'origine pour diverses raisons. Beaucoup finissent dans des camps de réfugiés, certains parviennent à quitter le continent et à arriver en Europe, mais un grand nombre d'entre eux cherche refuge dans les grandes villes du continent. Souvent, ils aboutissent dans les bidonvilles, en marge de la société.

Le Caire, la plus grande ville du continent africain, illustre très bien ce phénomène de croissance urbaine. L'expansion de celle-ci a littéralement explosé au cours du 20e siècle. Sur l'image ci-contre, les limites de la ville en 1965 (en jaune) et en 2008 (en rouge) sont dessinées: en 33 ans, la population du Caire est passée de 5 à 12 millions d'habitants. Pratiquement la moitié de la population vit dans des bidonvilles. Cette situation est la conséquence de plusieurs années de manque d'argent et de réglementations, combinées à une importante croissance de la population

Plus au sud, la situation est parfois encore plus critique. Au Sud du Sahara, 72% de la population urbaine vit dans des bidonvilles et cette proportion augmente rapidement, à raison de 4,53% par an, soit le taux de croissance le plus élevé au monde.

Kibera, par exemple, situé au Kenya aux alentours de la capitale Nairobi, est l'un des plus grands bidonvilles d'Afrique. Sa population est estimée à près d'1 million d'habitants et la densité y atteint 300 000 personnes au km2.

En Somalie, suite aux nombreuses guerres et à l'impact dévastateur du tsunami de 2004, 97% de la population urbaine vit dans des bidonvilles. D'autres pays connaissent des situations bien meilleures, comme le Zimbabwe, dont seulement 3,4% de la population urbaine vivrait dans des bidonvilles.

Les tendances actuelles, en terme de croissance démographique et d'urbanisation, font craindre une crise urbaine sans précédent en Afrique, avec tout ce que cela soulève comme problèmes économiques, sociaux et environnementaux.

Sources
Kibera: Africa’s largest slum - Affordable Housing institute
Managing rapid urbanization in Africa: Some aspects of policy - Journal of Third World Studies
State of World Population 2008 - UNFPA
UNDERSTANDING SLUMS: Case Studies for the Global Report 2003 - UN Development Planning Unit 
UN Population Division- World Population Prospects
Urbanization in Africa - The encyclopedia of Earth