Reboisement dans le Sud-est asiatique

Vous êtes ici

Cette image SPOT VEGETATION montre la péninsule de l’Asie du Sud-est de la Thaïlande au Vietnam.

L’image n’est pas en couleurs réelles; elle a été produite à partir des valeurs enregistrées dans le moyen infrarouge, dans le proche infrarouge et dans le rouge. Cette combinaison permet de mieux différencier la végétation vigoureuse, qui apparait en vert, et les sols nus ou recouverts d’une végétation clairsemée, qui apparaissent en brun.

La petite carte affiche les indices de végétation calculés pour les années 2000 et 2009. Plus le vert est foncé, plus les indices sont élevés. L’augmentation des surfaces vertes est due en partie aux programmes de reboisement entrepris dans la région depuis 9 ans.

La comparaison entre des images acquises en 2000 et 2009 révèle une augmentation des surfaces 'vertes' due en partie aux programmes de reforestation en Asie du Sud-Est.

Téléchargez le PDF

Dans de nombreux pays des zones tropicales du monde entier, les forêts sont en transition. Ces forêts qui, jusqu’ici, étaient défrichées à un rythme parfois alarmant, commencent depuis quelques années à se régénérer.

Les forêts en transition offrent des paysages relativement complexes présentant une alternance d’îlots de forêt intacte, de coupes claires et d’îlots de forêt à divers stade de dégradation ou de régénération. Ces forêts en transition, avec leurs paysages hétérogènes, sont d’une grande importance pour un ensemble de paramètres écologiques, comme la préservation de la biodiversité, la conservation des sols et des ressources en eau, et la séquestration du carbone.

Ce processus de transition forestière se met en place en réponse à deux types de situations:

  • lorsque le développement économique d’un pays crée suffisamment d'emplois non agricoles. Les agriculteurs quittent alors leurs terres, et les champs, laissés à l’abandon, sont peu à peu recolonisés par la forêt;
     
  • lorsque les gouvernements ou les propriétaires terriens décident de planter des arbres dans des champs abandonnés. Ils peuvent y être encouragés par la rareté de certaines ressources forestières ou par les mécanismes internationaux de compensation prévus par les législations environnementales. Un exemple de ces mécanismes est la REDD + (Réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts), dont l’objectif est d’inciter les Etats à préserver leurs forêts tropicales. Son principe est de donner aux pays en développement qui renoncent ou réduisent la déforestation, des compensations financières pour combler le manque à gagner induit par ce renoncement.

Des recherches récentes ont montré que, quelquefois, la régénération de la forêt à un endroit entraîne la déforestation à un autre endroit. Il est donc utile d’observer les transitions forestières à l'échelle du paysage, de manière à pouvoir mettre en évidence les éventuels effets néfastes de la préservation des forêts, dus à une pression plus élevée sur les autres types d’occupation du sol.

L'évolution du couvert forestier peut être suivie à l'aide de divers types de données de télédétection. Les données à haute résolution sont utilisées pour détecter les modifications du couvert forestier à l’échelle locale. Les séries temporelles à basse résolution complètent cette analyse à l'échelle régionale. Ces mêmes données à faible résolution permettent également de déterminer les changements de productivité.