Un peu d'histoire

Historiquement, les glaciers se sont développés pendant une période froide s’étalant de 1550 à 1850 et connue sous le nom de “petite période glaciaire”. Le recul général des langues de glace a commencé après 1800. A partir de 1850 et durant tout le 20ème siècle, on a enregistré des vitesses moyennes de retrait considérables dans toutes les régions du monde.

Depuis les années 1990, le recul des glaciers s’est accéléré. Entre 1991 et 2004, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires a contribué à l'augmentation de niveau des mers à hauteur de 0,77 millimètres par an. Les pertes de masse par unité de surface les plus importantes ont été observées en Patagonie, en Alaska, dans le Nord-Ouest des Etats-Unis et dans le Sud-Ouest du Canada.

Indicateurs du changement climatique

Les glaciers et calottes glaciaires fournissent certaines des indications les plus visibles des effets du changement climatique. Le bilan massique à la surface d'un glacier (l'augmentation ou la perte de neige et de glace au cours d’un cycle hydrologique) est déterminé par le climat. Un changement climatique affectera l'ampleur de l'accumulation et de la perte, ainsi que la longueur des saisons de bilan massique. Le glacier changera alors de dimensions et tendra à atteindre une taille où le bilan massique total (c-à-d l'augmentation ou la perte de masse sur l’entièreté du glacier) sera égal à zéro.

Bilan massique global des glaciers (en centaines de gigatonnes/an). La ligne rouge indique les valeurs cumulées.
Source : IPCC Fourth Assessment Report, Working Group I Report "The Physical Science Basis"

La carte montre le taux annuel moyen de fonte, depuis 1970, de 173 glaciers pour lesquels des mesures ont été faites au moins 5 fois entre 1970 et 2004. Plus la fonte est importante, plus le cercle est grand. Toutes les régions étudiées, à l’exception de la Scandinavie, montrent une fonte nette. Ce recul général des glaciers est considéré comme un signe du réchauffement global observé après 1970.

Recul effectif des glaciers (en m/an). Source : Robert A. Rohde

Variations de longueur moyenne des langues de glace par région.
Source : IPCC Fourth Assessment Report, Working Group I Report "The Physical Science Basis" 

Glaciers en Amérique du Sud

Les glaciers sud-américains sont situés dans la cordillère des Andes et en Patagonie. À part quelques cas isolés, leur recul s’est accentué lors des dernières décennies.

La Patagonie possède la troisième plus grande superficie de glace continentale au monde, après l'Antarctique et le Groenland. Cette étendue est également le plus grand glacier de montagne du monde.

Le champ de glace du Nord (Campo de Hielo Norte) a perdu environ 3,4 % (140 km ²) de sa superficie entre 1942 et 2001, tandis qu’au Sud (Campo de Hielo Sur), des vitesse de recul atteignant 30 mètres par an ont été récemment observées, contribuant significativement à l'augmentation du niveau des mers. Les glaciers de Patagonie reculent plus vite que n’importe où dans le monde.

Impacts du retrait des glaciers

Les glaciers sud-américains sont extrêmement importants en tant que ressource en eau douce pour les usages domestiques, agricoles et industriels.

La fonte des glaciers peut provoquer directement des glissements de terrain, des crues soudaines et des débordements de lacs glaciaires, mais peut aussi modifier la variation annuelle des débits des cours d’eau.

Une grande partie de la population du Sud et du centre des Andes réside dans des régions arides et dépend des eaux de ruissellement des glaciers qui fondent pendant les mois d'été. Dans ces régions, une aggravation du recul actuel des glaciers aura pour effet de réduire la masse des glaciers, ce qui diminuera considérablement, voire stoppera le ruissellement.

Une réduction des quantités d’eau de ruissellement glaciaire affectera la capacité d'irrigation des cultures et réduira les débits estivaux des cours d’eau, nécessaires pour garder les barrages et les réservoirs remplis, menaçant la production d'hydro-électricité.

Les glaciers andins fondent à une vitesse telle que l'on s'attend à ce que certains disparaissent au cours des 15 à 25 prochaines années, privant d’eau douce certaines mégapoles et mettant en danger les ressources alimentaires et donc la population en Colombie, au Pérou, au Chili, au Venezuela, en Équateur, en Argentine et en Bolivie. Le nombre de latino-américains vivant dans des bassins versants souffrant de raréfaction d’eau (où moins de 1 000 m ³ sont disponibles par personne et par an) a été estimé à 22,2 millions en 1995, en l’absence de changement climatique. On s'attend à ce que ce nombre atteigne 79 à 178 millions dans les années 2050.

 

Sources
Cities in peril as Andean glaciers melt - Guardian.co.uk
Global Glacier Changes: facts and figures - UNEP
IPCC Fourth Assessment Report 
Wikipedia - Effects of global warming
Wikipedia- Retreat of glaciers since 1850

Evolution du glacier Grey dans le Campo de Hielo Sur, en Patagonie au Chili. Source: NASA Earth Observatory